• BoatOn

5 conseils faciles et pratiques pour redonner un coup de jeune à son moteur hors-bord

Dernière mise à jour : 2 juil. 2020

Entretenir son moteur de bateau 2 ou 4 temps, sans matériel technique et sans connaissances approfondies, mission impossible ? Pas vraiment ! On vous donne quelques conseils dans cet article.

Homme démontant une hélice d'un moteur de bateau

Le matériel

Pas besoin de beaucoup de connaissances techniques. Sur un moteur en bon état de marche, l’entretien régulier suffit pour éliminer les causes de beaucoup de pannes. Les outils nécessaires ne sont pas spécifiques aux moteurs, vous aurez principalement besoin de:

  • tournevis

  • clés

  • pour la bougie, une clé spéciale est fournie avec les accessoires à l’achat du moteur.

  • quelques chiffons

  • de la graisse lubrifiante. Attention, la graisse doit être adaptée à une exposition à l’eau salée (du WD40 peut aussi être utilisé pour protéger le métal de la rouille et de la corrosion, supprimer les grincements, repousser l’humidité et lubrifier).


Après chaque sortie

On est sur du basique mais c'est le premier entretien courant auquel il faut s'atteler pour garder votre moteur hors-bord en plein forme.

Prenez l'habitude de rincer votre moteur à l’eau douce après chaque sortie. Des kits de rinçage existent mais vous pouvez aussi immerger l’embase du moteur dans l’eau.

Assurez vous qu’aucune vitesse n’est enclenchée et par précaution, restez à l’écart de l’hélice. Faites tourner le moteur pendant plusieurs minutes dans l’eau froide ou tiède afin d’éliminer les traces de sel. L’eau doit couler abondamment et régulièrement. Si ce n’est pas le cas, inspectez la pompe a eau, elle a peut-être besoin d’être changé. Il se peut qu’un objet obstrue le tube d’échappement. Si c’est le cas, arrêtez le moteur pour éviter qu’il surchauffe et passez une tige en métal pour déboucher le tuyau.


Les entretiens courants


1. La vidange d’embase


Moteur hors-bord de bateau Honda ou Yamaha

L’embase et une boite à vitesse. Elle fonctionne dans un bain d’huile, il faut donc en vérifier le niveau et la changer une fois par an (ou toutes les 100 heures). Pour éviter d'oublier une échéance de contrôle, vous pouvez activer un rappel automatique dans votre carnet d'entretien personnalisé accessible ici.


A noter: l’huile est plus facile à changer lorsqu’elle est liquide. Profitez de l’opération de rinçage à l’eau douce du moteur pour le faire chauffer. L’huile sera plus fluide et cela vous facilitera la tâche.


Vérifiez que de l’eau ne se soit pas introduite dans l’embase. Si l’huile est blanchâtre et opaque, c’est un signe de présence d’eau. Cherchez l’origine de l’infiltration (souvent le joint spi).


Un bouchon sur l’embase vous permet de vidanger l’huile, pensez à prendre un récipient avant de laisser l’huile se vider. Dévissez d’abord la vis du bas de l’embase. L’huile va couler à un faible débit jusqu’à que vous enleviez la vis du haut. Laissez égoutter une dizaine de minutes.

Regardez dans le manuel d’entretien de votre moteur quelle huile vous devez y mettre.


Mettez le moteur bien à la verticale. Pour remplir le compartiment d’huile, remplissez l’huile par le bouchon du bas. Ça évite la formation de bulles d’air. Le mieux est d’utiliser une seringue à huile. Vous pouvez aussi utiliser une pompe de vidange d'huile. Quand l’huile ressort par le bouchon du haut refermez les bouchons.


2. Les bougies

Nettoyage bougie moteur bateau

Assurez vous que les bougies sont propres pour qu’elles fassent bien démarrer le moteur. Au besoin, nettoyez-les avec une éponge douce pour ne pas les abîmer. Il est préférable de changer les bougies classiques et peu onéreuses une fois par an, au moment de la préparation pour la nouvelle saison par exemple.











3. Le circuit d’essence

Quelques contrôles et pièces sont à la portée de quiconque dispose d'un peu de temps:

  • La durite et la poire: elles ne doivent pas être craquelées sinon elles risquent de laisser passer de l’air.

  • Canalisations: comme la durite et la poire, elles sont à surveiller régulièrement pour repérer les craquelures et traces d’usures.

  • Filtres: le filtre du circuit d’essence ne doit pas être sale ou bouché.

  • Cuve: la cuve des carburateurs est à vidanger pour éliminer le dépôt.

  • Réservoir: le réservoir ne doit pas être rouillé ou avoir des traces de corrosion.

  • Bougies: Pour les bougies d’allumage en Iridium, suivez les conseils du constructeur. Démontez-les au moins une fois par an pour graisser le pas de vis et les examiner. Si la bougie est noire, c’est signe qu’elle a reçue trop d’essence. Au contraire si elle est blanche c’est qu’elle n’a pas eu assez d’essence. Dans le cas où les bougies sont rouillées, c’est dû à la présence d’eau. Vérifiez les joints et notamment le joint de culasse.


4. Les anodes

Les anodes protègent le moteur contre l'effet galvanique sur les pièces métalliques. En eau douce comme salée, elles sont cruciales pour sauvegarder toutes les pièces métalliques présentes à bord (consultez notre article sur les différences eau douce / eau salée pour en savoir plus). Les anodes ne sont pas toujours placées au même endroit dans tous les moteurs. Le manuel d’entretien du moteur vous indiquera leur emplacement exact.


A noter: si vos anodes ne sont pas souvent immergées, vous n’aurez pas besoin de les changer à chaque révision du moteur.


Vous l'aurez compris: de nombreux petits travaux sur le moteur hors-bord de votre bateau nécessitent surtout de la patience et du temps. Et à l'avenir, pour ne rien louper sur l'entretien de votre moteur, suivez-le sur le BoatOn Book ! Remplissez les dernières opération de maintenance effectuées et vous recevrez des alertes automatiques pour vous prévenir des opérations à effectuer à J-30 et J-7.


#nautisme #horsbord #engine #voile #yacht #boaton

0 commentaire