• BoatOn

Signaler son bateau de jour et de nuit : tout savoir sur les feux et les pavillons

Mis à jour : 7 sept. 2020


De même qu'il existe des règles de circulation automobile, les navires doivent respecter des règles de barre et de route. Ces règles ont été établies en prenant en compte un certain nombre de paramètres qui peuvent influencer leur capacité à manoeuvrer :

  • le type de propulsion : voilier ou bateau à moteur.

  • la nature de leur activité : pêche, remorquage, déminage etc.

  • leur condition de navigation : avec ou sans erre, faisant route ou au mouillage, non maitre de sa manoeuvre ou échoué etc.

Il est donc important d'être en mesure d'identifier ces navires. Cette identification se fait soit, visuellement avec les marques de jour et les feux de nuit, soit de manière sonore avec les sifflets et les gongs.


1) Les feux de navigation


Qu'est-ce qu'un feu de navigation ?

Un feu de navigation est une lumière de signalisation maritime émise par un bateau. La position et les caractéristiques d'un feu sont précisément définies, afin que le feu soit identifiable par les marins.

Les plaisanciers avertis connaissent l'importance que revêtent les feux de navigation à bord de leur navire. Comme pour les véhicules automobiles, certaines règlementation s'appliquent aux feux qui doivent être montrés sur les bateaux de nuit ou lorsque la visibilité est réduite, et d'autres portent sur les droits de priorité et les circonstances qui s'y rapportent.

Lorsque vous utilisez un bateau de nuit ou pendant les périodes de visibilité réduite, les lumières que les embarcations doivent montrer aux autres navires aident à les identifier. Il est ainsi possible de déterminer s’il s’agit d’une embarcation à voiles, à moteur ou s’il s’agit d’un navire à l’ancre. Les grands navires, les bâtiments de pêche au filet et les remorqueurs tirant des barges déploient des lumières additionnelles pour aider à repérer de quel type de navire il s’agit. En navigation de nuit, la couleur de la lumière aperçue sur l’autre embarcation rencontrée aide à déterminer laquelle est prioritaire. Puisque les navires qui vous entourent prennent des décisions afin d'éviter les abordages d'après les informations disponibles, il est essentiel que l'information que donne vos feux de navigation soit exacte.


Les différents types de feux



Il existe plusieurs types de feux selon leur emplacement et selon la portée de la lumière qu'ils émettent :

  • Les "feux de côté" : servent à déterminer la priorité (rouge pour bâbord et vert pour tribord)

  • Le "feu de poupe" : est placé à l'arrière du bateau.

  • Le "feu tête de mat" : il projette une lumière blanche vers l’avant de l’embarcation.

  • Le "feu visible sur tout l'horizon" : il projette une lumière blanche tout autour de l’embarcation.

Feux de navigation à montrer selon le type d'embarcation

  • Navire à moteur de moins de 12 mètres qui fait route : doit montrer des feux de côté bâbord-tribord (rouge et vert) qui éclairent vers l’avant du bateau ainsi qu’un feu visible sur tout l'horizon (blanc) qui éclaire tout autour de l’embarcation.



  • Un navire à moteur de plus de 12 mètres qui fait route : doit montrer des feux de côté bâbord-tribord (rouge et vert) qui éclairent vers l’avant du bateau ainsi qu’un feu de tête de mat (blanc) qui éclaire vers l’avant du bateau et un feu de poupe (blanc) qui éclaire vers l’arrière de l’embarcation.



  • Un navire à voiles qui fait route : doit montrer des feux de côté bâbord-tribord (rouge et vert) qui éclairent vers l’avant du bateau ainsi qu’un feu de poupe (blanc) qui éclaire vers l’arrière du bateau. S'il fait moins de 20 mètres de longueur, les trois feux peuvent être combinés au sommet du mât ou à proximité.


  • Un navire en train de pêcher : doit montrer deux feux superposés visibles sur tout l’horizon, le feu supérieur étant rouge et le feu inférieur blanc. Lorsqu’il bouge, il doit montrer des feux de côté bâbord-tribord et un feu de poupe.


  • Un chalutier en train de pêcher : doit montrer deux feux superposés visibles sur tout l’horizon, le feu supérieur étant vert et le feu inférieur blanc. Lorsqu’il bouge, il doit montrer des feux de côté bâbord-tribord et un feu de poupe.

  • L'opérateur d'une embarcation de plaisance à propulsion humaine (canoe, kayak) ou d'un navire à voile de moins de 7 mètres qui fait route du coucher au lever du soleil : doit montrer, si possible, des feux de côté et un feu de poupe. S'il ne peut pas, il doit être prêt à montrer une lampe électrique ou un fanal allumé à feu blanc (une lampe de poche étanche est acceptable) suffisamment à l'avance pour prévenir un abordage.

  • Un navire au mouillage : doit montrer à l’endroit le plus visible un feu blanc visible sur tout l'horizon.


2) Les pavillons


Passons maintenant aux pavillons : laissés à l’écart depuis le développement des technologies, les signaux visuels ont toutefois des usages qu’il ne faut pas oublier. Tout d'abord il est important de savoir que le code de bonne conduite vous dit d'arborer les pavillons toujours seuls sur une drisse à l’exception des pavillons du « Code international des Signaux » pour signifier un message. (Pour en savoir plus, consultez notre article sur les expressions et vocabulaire de marins)


Le pavillon national, appelé aussi "couleurs"



Il permet une identification de la nationalité du navire. Dans certains cas il peut même préciser le statut du navire. Le pavillon national n’est pas obligatoirement identique au drapeau national. Par exemple, en France, le drapeau national et le pavillon sont un peu différents. En effet, sur le pavillon, la largeur des bandes est progressive pour donner une impression de même largeur lorsque le pavillon flotte au vent (bleu 30%, blanc 33%, rouge 37%). La taille du pavillon national doit être en rapport avec la taille du bateau (maximum de 1/10). Il ne doit jamais être en contact avec l’eau ni le pont et doit être le plus grand pavillon arboré. Il doit être installé sur un mât incliné au sommet et ne doit jamais être fixé sur le pataras. Au mouillage et au port, le pavillon doit être à la poupe.

En navigation, suivant votre type de gréement vous devrez arborer le pavillon national comme suit :

  • Sloop : Sur un mât droit à la poupe et à tribord.

  • Ketch : Tête de mât d’artimon.

  • Aurique : En bout de corne

  • Goélette : En tête du grand mât

Quand utiliser le pavillon national ? :

  • De jour, à l'entrée et à la sortie d'un port.

  • Au port, entre 08 heures et 20 heures sans dépasser le coucher du soleil.

  • Au mouillage entre 08 heures et 20 heures sans dépasser le coucher du soleil.

  • En mer, à la requête ou en vue de bateaux officiels.


Le pavillon de courtoisie

En plus du pavillon national, par courtoisie, à l’entrée dans un port étranger, tout navire est tenu d'arborer soit à tribord à une drisse de misaine, soit sur la même drisse en-dessous de son pavillon national, le pavillon de l’État du port. Ce pavillon de courtoisie se hisse dès que le plaisancier pénètre dans les eaux territoriales du pays visité. Le pavillon de courtoisie n'a pas d'existence légale en droit français mais son usage reste encore aujourd'hui constant.


Le pavillon Q

Ce pavillon s'envoie dans les barres de flèche bâbord. Il indique que vous demandez le droit de pénétrer et d'accoster dans les eaux du pays d'arrivée. Vous devez ensuite vous déplacer vers les bureaux de douanes pour effectuer les formalités. Depuis la création de l'Union européenne, cette pratique n'a plus lieu en Europe, mais reste valable dans les autres pays. Une fois les formalités effectuées, on affale le pavillon. 


Le pavillon du propriétaire

Ce pavillon est libre. Vous pouvez le créer à votre guise. Il s'envoie sous les barres de flèche tribord (sauf si elle est utilisée et dans ce cas, il s'envoie à bâbord). Une fois envoyé, il signifie que le propriétaire est à bord.


Le grand pavois


Il s'agit d'envoyer des pavillons du "code international des signaux" sur une seule drisse allant de l'étrave à l'arrière du bateau en passant par la tête de mât. Il s'agit alors de décorer le bateau pour les grandes occasions (réceptions, fête, cérémonies). Il peut être arboré du mouillage ou à quai, mais on ne navigue pas avec le grand pavois. Le grand pavois est uniquement composé de 40 pavillons du « Code international des signaux » mis dans un ordre particulier.


Voilà vous savez tout ce qu'il y a à savoir sur les pavillons et l'éclairage de votre bateau de nuit. Vous pouvez donc naviguer en toute tranquillité.


Bien sur vous n'êtes pas à l'abri d'un accident de jour comme de nuit. Alors dans ces cas là, pas de panique, en cas de panne ou de problème avec votre bateau : BoatOn vous aide à trouver les meilleurs professionnels autour de vous, capable de répondre à vos besoins ! Téléchargez dès maintenant l'application gratuite BoatOn disponible sur l'Apple Store ou le Playstore et effectuez votre demande de réparation ou d'entretien en 3 minutes !



#pavillon #feux #navigation #nautisme #boaton #signaux

0 commentaire

A PROPOS

PROFESSIONNEL

CONSEILS & BONS PLANS

Téléchargez l'application gratuite

Application Bateau iPhone BoatOn Pro
Application Bateau Android BoatOn Pro

BoatOn ce sont aussi des passionnés de navigation qui vous tiennent au courant des dernières actualités du monde nautique, partagent des infos insolites et vous donnent les clés pour profiter de votre bateau toute l'année !

Suivez-nous

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Instagram Icon
  • White LinkedIn Icon
Découvrez BoatOn, la référence pour la réparation et l'entretien de son bateau