• BoatOn

Bien entretenir son gréement de voilier

Dernière mise à jour : mai 7

Le gréement d’un voilier est souvent négligé. En ce qui concerne son entretien, peu de plaisanciers pensent à le chouchouter. Pourtant, ce dernier est essentiel tant pour la durée de vie du voilier, que pour ses performances sous voile. Il est même capital pour la sécurité du bateau et de son équipage. La moindre négligence sur un détail peut entraîner un démâtage et donc d’important dommages matériels et corporels. Pour pallier ces risques, voilà tout ce qu’il faut savoir pour entretenir le gréement de votre navire !

entretien gréement voilier

C'est quoi le gréement ?


Le gréement, c’est l’ensemble des pièces fixes ou mobiles d’un voilier servant à sa propulsion par le vent, mais aussi à ses manœuvres. Il se compose de nombreux organes, organisés en 3 sous-catégories. On retrouve ainsi les espars, le gréement courant et le gréement dormant.


Les espars sont constitués du ou des mâts, vergues, bômes, tangon etc. Ce sont donc des éléments longs et rigides, originellement en bois, et ayant un rôle technique à jouer dans la propulsion et les manœuvres.


Les gréements, courant et dormant, constituent tous les deux le cordage, mais il est important de savoir les différencier. Pour distinguer le dormant du courant, on se souviendra que le courant est mobile (il court), et le dormant immobile (il dort).


  • Le gréement dormant se constitue de tous les câbles et les cordages qui tiennent le mât et que l’on n’utilise pas pendant la navigation. Il s'agit des haubans, des bas-haubans, des galhaubans, des pataras et des étais.


  • Le gréement courant se constitue quant à lui de tous les cordages mobiles dont on peut faire varier la longueur pour régler les voiles. Il se compose des drisses, bras, écoutes, armures, cargues, balancines et hale-bas.


Toutes ces pièces sont fragiles et relativement importantes, une mauvaise inspection ou quelques négligences peuvent engendrer un risque de démâtage. Si cela survient dans une zone dangereuse, si l’équipage est inexpérimenté et s’il ne peut bénéficier d’une assistance rapide, un démâtage peut entraîner d’autres avaries ou même un naufrage. Un bateau démâté est un bateau en détresse et ce risque ne doit pas être pris à la légère.

entretien gréement voilier


Comment entretenir mon gréement ?


De multiples conditions peuvent vous faire démâter malgré un entretien régulier. Néanmoins vous pouvez réduire les risques et anticiper de nombreux dégâts par un contrôle rigoureux en début et en fin de saison.


Au printemps


Même si votre voilier a passé l’hiver dans un endroit couvert, les pièces du gréement peuvent avoir subi un vieillissement. L’humidité de la saison favorise l’installation de moisissure. Si votre bateau a été stocké dans un hangar avec d’autres navires il est possible que les travaux réalisés par les autres plaisanciers aient amené des poussières sur votre voilier. C’est pourquoi il est impératif d’inspecter votre gréement avant de commencer la saison. Posez votre mât sur des tréteaux pour pouvoir accéder à chaque pièce et aux réas, et ne laissez rien au hasard.

Débarrassez le mât, les drisses, les haubans, l'étai et le patara de toute la poussière accumulée en retournant soigneusement l'espar à plusieurs reprises. Utilisez un produit nettoyant léger pour frotter à l’éponge (non abrasive pour préserver l’anodisation).


Une fois cela vérifié, tout doit être remonté. Changez les vieilles goupilles pour des neuves. Les flexions répétées fragilisent considérablement le fil d’inox. Ne négligez pas ce point. Utilisez du frein filet sur les écrous, ou des écrous autobloquants. N’hésitez pas non plus à couvrir les écrous, les goupilles et les têtes de vis avec une bande autocollante afin qu’ils ne soient ni dangereux pour votre voile ni pour l’équipage.


Inspectez bien ensuite toute les pièces électriques du gréement. Câbles, feux de navigation, éclairages et accessoires sont à vérifier attentivement. Changez chaque câble ayant un trait d’usure, il en va de la sécurité de l’équipage.

entretien gréement voilier

L'hiver


L’hivernage d’un bateau engendre systématiquement une question : « dois-je hiverner mon bateau démâté ou non ? ». Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients, et les réponses varient en fonction de plusieurs critères. Les facteurs à considérer sont la taille du bateau, son état, l'état du gréement, l'équipement disponible pour les manœuvres de démâtage et la place disponible pour le stockage du mât.



Pourquoi hiverner mon bateau mâté ?


Il y a des ports et des marinas qui disposent de peu d'équipement et de place pour permettre les hivernages des mâts. Pour les bateaux de grandes tailles, les manœuvres de démâtages représentent un travail important et exigent de faire appel à une équipe compétente. Il faudra également trouver un espace de stockage adéquat, de taille assez grande, avec un accès à l’eau et l’électricité, et pour votre confort, proche d’une cale de mise à l’eau.


Pour se faire, n’hésitez plus et téléchargez l’application gratuite BoatOn Pro pour trouver, en 1 clic le parking idéal où hiverner.


Si toutefois vous décidez de stocker votre voilier avec son mât, vous veillerez à ce que les réglages de haubans soient ajustés de manière à soulager le gréement tout en restant bien tendus pour éviter qu'ils oscillent. Nous vous encourageons à trouver un endroit bien abrité pour hiverner le bateau. Tous les équipements démontables doivent être enlevés pour éviter les prises au vent et les vibrations.


Les voiles, tauds, pavillons, tangons, bômes et hale-bas sont démontés et stockés au sec. Retirez également les drisses, bosses de ris et autres bouts de manœuvre qui se trouvent sur le mât.