Comment beacher (ou échouer) son bateau ?

Dernière mise à jour : 24 août 2020


L’échouage involontaire


L’échouage involontaire est souvent stressant, et est à proscrire (ça fait mal au bateau, et les équipiers apprécient rarement). Pour l’éviter on prend en compte l’environnement : Carte, Marée. On prépare donc bien son voyage !


Si l’on se retrouve piégé par la marée, pas de panique ! La marée finira bien par remonter et le bateau flottera à nouveau : Prenez votre mal en patience.

Si l’on est échoué à marée haute, c’est plus embêtant, vous pouvez toujours appeler la SNSM…


Veillez donc bien à vérifier que votre assurance couvre le remorquage de votre bateau !

Sinon, faites votre demande en ligne sur l'application BoatOn ou en cliquant juste ici et nous vous fournissons les contrats d’assurance de plusieurs compagnies en 72h.



L’échouage volontaire


L’échouage volontaire est régulièrement pratiqué sur la zone atlantique, c’est un excellent moyen de se rendre à pied du bateau jusqu’à terre. C’est un moyen de mouiller dans des zones peu accessibles, et de découvrir des endroits reculés de nos côtes (bras de mer, plages, rivières). Mais cela n’est possible qu’avec un bateau adapté, à un endroit adapté.

  • Les bateaux aptes à l’échouage

La plupart des bateaux moteurs équipé d’un hors-bord tolèrent l’échouage, attention cependant à vous assurer que la carène le permet (structure, forme et équipement). Pensez à relever le moteur hors-bord. Les dériveurs intégraux sont les champions de l’échouage ! conçus à cet effet, ils permettent de beacher à merveille. Certains voiliers peuvent, grâce à l’utilisation de béquilles se poser sur leur quille. Les béquilles sont fixées sur des supports prévus à cette effet des deux côtés du bateau. Les bateaux bi-quilles sont quant à eux quasiment tous échouables, stabilisés sur leurs deux quilles et leurs safrans, attention cependant aux déplacements de poids trop en avant du bateau.

  • Les endroits où l’on peut beacher

Toutes les zones de navigation ne sont pas favorables à l’échouage. Il faut choisir de se poser dans un site protégé, à l’abri de la houle et du ressac. En effet, il est important, pour le bateau et pour l’équipage que le bateau ne tosse (lorsqu'un bateau cogne de façon répété) pas lorsque la marée remonte ou descend. Pensez à vous renseigner sur les effets de brise côtière qui prendront le dessus sur les vents.


La nature des fonds est aussi, évidemment, à prendre en considération… il sera compliqué d’échouer sur de la roche. Préférez donc des zones sableuses ou vaseuses. Attention, si vous naviguez avec un voilier bi-quille ne choisissez pas une zone trop vaseuse et échouez-le sur une zone plane, pour que le bateau reste droit. Même remarque pour les quillards avec béquille.

Il faut toujours se poser dans l’axe de la pente, cela permet au voilier de rester horizontal même si le comportement d’un monocoque est plus difficile à prévoir que celui ‘un multicoque.



Les manœuvres pour un échouage réussi

  • Beacher

Choisir après repérage (avant la marée basse…) une zone propice à l’échouage (voir ci-dessus). Préparer le mouillage et le bateau (relevage de dérive, installation des béquilles). On vient mouiller de façon « classique » au plus près de la côte (et face au éléments dominants comme le vent et le courant). Puis le bateau va se poser avec la fin de marée descendante. Une fois celui-ci posé, s’assurer avant de se déplacer à l’avant que l’on est stable. Le bateau beaché, vous pourrez ensuite porter (à pied) l’ancre avant. Vous devez bien vérifier les coefficients de marée afin de ne pas vous retrouvé coincé avec un bateau au sec pendant 10 jours si les coefficients baissent

  • En eau profonde

Dans le cas où vous attendez la marée en eau profonde, vous commencez là aussi, par mouiller l’ancre arrière. Ensuite, vous avancez le bateau et allez mouiller assez loin l’ancre avant. Enfin, vous reculez le bateau vers l’ancre arrière.



Les risques du beachage


Il existe quelques risques à échouer son bateau. Le premier risque est pour la coque, lors de l’échouage. En effet, il faut bien faire attention aux fonds pour ne pas abimer l’antifouling, les loch speedo ou les sondeurs. Attention aussi à ne pas abimer la strat sur une grosse pierre.

Il y a aussi un risque pour l’équipement comme pour les béquilles d’un voilier si la houle s’invite.


Enfin, le dernier risque, pour le bateau, est lors du départ. Utilisez bien l’ancre arrière pour vous dégager de la grève lors du départ.



Si vous avez besoin d’un professionnel pour réparer votre coque :


  1. Téléchargez l’application gratuite BoatOn

  2. Effectuez votre demande d'entretien en précisant ce que vous souhaitez faire réaliser

  3. Ajoutez une photo si possible

  4. Obtenez les devis des 5 meilleurs professionnels autour de vous.


Et pour vous faciliter la gestion de votre bateau,

découvrez le BoatOn Book !

  • Stockage de documents

  • Gestion de budget

  • Alertes d'entretien personnalisées

  • Historique complet de la vie du bateau


Tout y est, testez le BoatOn Book gratuitement en ligne ou sur l'application BoatOn



N'hésitez pas à nous confier vos trouvailles, astuces, expériences en commentaires ou par mail à paul@boaton.fr

0 commentaire