Coque, gréement, électronique, tout savoir sur l’hivernage de son voilier

L’entretien de son voilier est essentiel pour pouvoir l’utiliser le plus longtemps possible et garantir la sécurité de l’équipage. Il est donc important de bichonner son bateau après chaque sortie. En plus d’un entretien régulier, une fois dans l’année, revoyez entièrement votre voilier ! Cela permet de s’assurer que tout va bien, et de ne pas laisser les petits détails s’accumuler. L’hivernage est l’occasion rêvée pour reprendre votre bateau de A à Z.


En cette période d’hivernage on vous propose donc un article qui reprend les points essentiels d’un hivernage réussi, pour que votre voilier passe le meilleur hiver possible !




Le nettoyage du pont et de la coque : point de départ d’un hivernage réussi


Pour l’hivernage, tout commence par le rinçage du pont à l’eau douce. Cela permet de bien nettoyer le bateau.

Il va ralentir la corrosion des pièces métalliques et vous permettre de vérifier les œuvres vives. Il est toujours important de les vérifier, à la sortie d’eau, et de gratter l’antifouling précédent. Cela vous permettra d’anticiper la préparation de votre bateau. Profiterez-en ensuite pour vérifier la dérive ou la quille, l’état de votre coque, les anodes, l’arbre d’hélice si vous possédez un moteur in-bord.


La vérification du gréement dormant


Le gréement dormant se constitue de tous les câbles et les cordages qui tiennent le mât et que l’on n’utilise pas pendant la navigation. Il s'agit des haubans, des bas-haubans, des galhaubans et des étais.


L’entretien d’un voilier passe impérativement par la vérification de son gréement. Le gréement dormant demande une attention particulière. S’il ne s’use que très peu, notamment le mât et la bôme, certaines pièces sont à entretenir soigneusement. Il est important de bien lubrifier les réas, et toute les pièces mobiles. Dans le même temps, il est capital de contrôler les barres de flèche, les haubans, les sertissages.

Le contrôle des gréements permet de limiter les risques inhérents à un démâtage, il est donc majeur d’y penser pendant l’hivernage, pour se passer d’une mauvaise surprise au début de la saison.



Nettoyez et contrôlez l’accastillage et le gréement courant


L’accastillage doit être lubrifié après son rinçage à l’eau douce. L’entretien des poulies est, quant à lui, plus important qu’on le pense. Une poulie qui casse peut provoquer des dommages majeurs, des situations d’urgence et de panique.


Prévoyez de changer des axes ou des joues au cas où. Ne remplacez jamais une poulie par une autre qui n’est pas faites pour la fonction que vous allez lui donner. L’économie serait de courte durée.


Concernant le gréement courant, un rinçage régulier est gage de sécurité et de durée de vie plus importante. Les laver à la machine à laver est très efficace.



Hivernez vos voiles et votre moteur


Pour les voiles, rien de bien sorcier ! Il vous suffit de les rincer abondamment, puis pliez-les soigneusement. Si possible ramenez-les chez vous, elles y seront plus en sécurité et plus au sec.


Pour le moteur, jetez un œil à notre article consacré à l’entretien et à l’hivernage des moteurs !

Si vous remarquez des dommages sur une quelconques pièces n’hésitez pas à demander des devis gratuits sur l’application BoatOn Pro !


Pensez à contrôler l’électronique et l’électricité


Pensez à bien vérifier que l’humidité n’abimera pas ce matériel qui peut faire mal au porte-monnaie. Il est important de passer un coup de bombe lubrifiante anti humidité sur toutes les cosses et les connexions. Ne laissez rien branché s’il n’y a pas utilité. Enfin, faites tourner le moteur régulièrement ou utilisez un petit panneau solaire.


Concernant les batteries, la meilleure solution est de les débarquer pour les stocker dans un lieu à l’abri de l’humidité et avoir la possibilité de les recharger. Si vous ne pouvez pas les enlever, il est souhaitable de les contrôler et de les recharger une fois par mois. En effet une batterie au plomb déchargée à plus de 70% sera irréversiblement dégradée.


N.B : ne débranchez pas les batteries si votre pompe de cale y est reliée, elle ne remplirait plus ses fonctions.



Nettoyez votre intérieur


L’entretien d’un voilier passe aussi par son nettoyage. Un bon nettoyage de l’intérieur permettra d’éviter de laisser à bord des denrées périssables et de contrôler tous les coins du bateau.

Vérifiez les vannes, les entrées d’eau éventuelles (eau douce ou salée), soulevez les fonds pour vérifier les varangues et les boulons de quille.


Les selleries demandent aussi un entretien, un nettoyage et une aération. Si vous le pouvez, passez aérer votre bateau régulièrement et, si vous ne naviguez pas, sortez tout du voilier !



Hiverner d’accord, mais avec ou sans mât ?


L’hivernage d’un bateau engendre systématiquement une question : « dois-je hiverner mon bateau démâté ou non ? ». Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients, et les réponses varient en fonction de plusieurs critères. Les facteurs à considérer sont la taille du bateau, son état, l'état du gréement, l'équipement disponible pour les manœuvres de démâtage et la place disponible pour le stockage du mât.

  • Pourquoi hiverner son bateau mâté

Il y a des ports et des marinas qui disposent de peu d'équipement et de place pour permettre les hivernages des mâts. Pour les bateaux de grandes tailles, les manœuvres de démâtages représentent un travail important et exigent de faire appel à une équipe compétente. Il faudra également trouver un espace de stockage adéquat, de taille assez grande, avec un accès à l’eau et l’électricité, et pour votre confort, proche d’une cale de mise à l’eau.

Pour se faire, n’hésitez plus et téléchargez l’application gratuite BoatOn Pro pour trouver, en 1 clic le parking idéal pour hiverner.


Si toutefois vous décidez de stocker votre voilier avec son mât, vous veillerez à ce que les réglages de haubans soient ajustés de manière à soulager le gréement tout en restant bien tendus pour éviter qu'ils oscillent. Nous vous encourageons à trouver un endroit bien abrité pour hiverner le bateau. Tous les équipements démontables doivent être enlevés pour éviter les prises au vent et les vibrations.


Les voiles, tauds, pavillons, tangons, bômes et hale-bas sont démontés et stockés au sec. Retirez également les drisses, bosses de ris et autres bouts de manœuvre qui se trouvent sur le mât.

  • Pourquoi hiverner son bateau démâté

La justification d’un hivernage sans le mât réside majoritairement dans l’aspect sécuritaire. En effet ne pas démâter engendre un risque supplémentaire de dommage matériel. Ne perdons pas de vue qu'à terre la coque est posée sur un ber. Même s'il s'agit d'un ber à arceaux, les efforts restent concentrés sur des points précis et le matériau de la coque est soumis à efforts. Avec le mât en place, lors des coups de vent les efforts sont accentués par la poussée du vent sur ce dernier et les vibrations. Les efforts sont transmis à la coque aux points de support.


Démâter avant l’hivernage permet donc de réduire un risque de dégât matériel, et cela facilite en plus l’entretien du gréement en début de saison. En effet il est bien plus simple de vérifier son gréement avec le mât détaché de la coque.


Si vous vous rendez compte d’un problème ou de dégâts nécessitant l’intervention d’un professionnel, téléchargez l’application gratuite BoatOn Pro pour obtenir les devis des meilleurs professionnels autour de vous !



Où stocker son bateau pendant l’hiver ?


Le lieu de stockage du bateau est tout aussi important que tous les points évoqués plus haut. Pendant l’hiver votre voilier est soumis à l’humidité, au froid et au vent. En plus des conditions météorologiques, les bateaux peuvent aussi être victime de convoitise humaines ! Afin d’éviter d’exposer inutilement votre bateau nous vous conseillons de privilégié des lieux fermés et sécurisés, si possible couverts !


Téléchargez l’application gratuite BoatOn Pro pour trouver des places de parking en 1 clic pour hiverner en toute sécurité.