• BoatOn

Entretenir son moteur hors-bord de A à Z

Dernière mise à jour : 2 juil. 2020

L'entretien de votre bateau doit être effectué régulièrement. Celui du moteur est d'autant plus important car il est très sensible à son environnement, eau salée ou eau douce et à son utilisation plus ou moins régulière. Également, entretenir son moteur permet de limiter les risques de surconsommation, fuites, mauvaises odeurs, mauvais démarrages… Aujourd'hui, on vous donne quelques conseils et astuces, réalisables sans matériel spécifique, pour garantir une longue vie à votre moteur hors-bord, qu'il soit 2 temps ou 4 temps.

moteur hors bord yamaha

En lisant le titre de notre article, vous avez peut-être bloqué sur le mot "hors bord". Pour tout vous expliquer, les moteurs de bateau se différencient tout d'abord par leur position sur le bateau, in board ou hors bord. In board peut se traduire par "à l'intérieur du bateau" et à l'inverse "hors bord" signifie "à l'extérieur du bateau".


Un moteur hors-bord est simplement un moteur autonome. Autrement dit, il fonctionne grâce à un moteur de base, un système de refroidissement et des accessoires électriques. Une boîte de vitesse est liée au moteur ainsi qu'un arbre d'entraînement avec une hélice qui est reliée à la boîte de vitesse. Tous ces éléments sont conçus en une seule unité qui peut être accrochée et sécurisée sur l'arrière d'un bateau et peut être utilisée immédiatement. Pour vous éclairer, voici ci-dessous une photo d'un moteur hors bord classique de marque Yamaha:

moteur hors bord yamaha

1. Avant la mise à l'eau


L’électricité

En fonction de la taille de votre bateau et de son utilisation, vous avez plus ou moins d’électricité à bord. Cependant, le peu que vous avez est nécessaire au bon fonctionnement du bateau, à commencer par la batterie nécessaire au démarrage. Ceci dit, sans batterie, le reste des équipements électroniques ne risque pas de vous poser grand problème… Pensez donc à vérifier la charge de la batterie et son niveau de liquide.Vérifiez également que le coffre de la batterie soit bien fixé. Si tout est bon, passons au moteur.

Coté motorisation

C’est ce qui vous demandera le plus de temps et le plus d’attention. Commencez par contrôlerles circuits d’alimentation en carburant, de propulsion et de refroidissement. De façon générale, il faut inspecter tous les tuyaux pour déceler des fuites ou des fentes, et les remplacer au besoin. Pour cela, il faut passer un coup de chiffon sec, et ensuite tourner le volant à bâbord et à tribord pour activer les circuits hydrauliques et s'il y a lieu déceler une fuite. Durant l’hiver, le froid peut attaquer l’ensemble de ces circuits. Regardez bien si votre bateau éjecte l'eau servant au refroidissement du moteur. Généralement, ce trou se trouve au niveau de l'embase, juste au niveau de la ligne de flottaison.

Il vous reste ensuite à contrôler les éléments suivants, qui vous verrez, sont aussi importants que les autres cités précédemment:

  • L'accélérateur doit fonctionner correctement, autrement dit, il ne doit pas coller ou coincer, au risque d’arriver à une certaine vitesse dans le port.

  • Inspectez et nettoyez les bougies, avec une petite brosse métallique.

  • Vérifiez les filtres à huile et à eau. Là encore, ne faites pas de concession. Tous ces composants sont la vie du moteur.

  • Assurez-vous que le bouchon de drainage est bien en place.

  • Ensuite, il ne vous reste plus qu’à vérifier les niveaux d’huile et de carburant pour ce qui est du moteur

  • Pour finir, pensez à bien répartir la charge dans l’embarcation pour une meilleure tenue sur l’eau.


2. Après chaque sortie


Le rinçage

Première étape et décrassage, rincez votre moteur de manière globale à l'eau douce à l'éponge ou au tuyau d'arrosage. A ce moment, vous avez encore le capot moteur pour protéger les parties sensibles à l'eau.

rinçage moteur hors bord

Ensuite à l’aide d’un kit rinçage ou en immergeant l’embase dans de l’eau douce faites tourner votre moteur. Des kits de rinçage existent, le plus commun étant des oreilles de rinçage, vendues entre 5 et 20 euros, mais vous pouvez aussi immerger l’embase du moteur dans l’eau.

Assurez vous qu’aucune vitesse n’est enclenchée et par précaution, restez à l’écart de l’hélice. Faites tourner le moteur pendant plusieurs minutes en vous assurant que l'eau ressort bien par le trou prévu à cet effet. L’eau doit couler abondamment et régulièrement. Si ce n’est pas le cas, inspectez la pompe a eau, elle a peut-être besoin d’être changé. Il se peut qu’un objet obstrue le tube d’échappement. Dans ce cas, passez une tige en métal pour déboucher le tuyau. Également, l'eau doit être tiède ou froide pour éviter que le moteur surchauffe.

Dernier conseil concernant le rinçage, après chaque sortie en mer, il est nécessaire d'utiliser du stop-sel, pour enlever en totalité le sel incrusté dans le système d'eau du moteur.

Les vérifications

Pendant que le moteur tourne pour rincer le circuit, vous pouvez retirer l’arrivée d’essence du moteur. Le reste d’essence dans le carburateur va être brûler. L'intérêt ? Ceci permet de ne pas avoir de dépôts ou pellicules gênant le démarrage lors de la prochaine sortie. Toutefois, attention à ne jamais accélérer durant cette phase sous peine d’abîmer les joints ! Le moteur s’éteindra de lui-même une fois l’essence du carburateur consommée. Maintenant, vous pouvez couper le contact, vous entendrez ronronner votre moteur lors de votre prochaine sortie !

Maintenant, enlevez le capot du moteur et vérifiez minutieusement qu’il n’y a pas de fuite d’eau ou de carburant, le mieux étant d'avoir passer un coup de soufflette ou de chiffon au préalable, et d'attendre quelques minutes pour voir si des traces d'humidité apparaissent.

Enfin, si votre moteur est lubrifié automatiquement, il ne vous reste plus qu'à vérifier le niveau d’huile et passez un coup de WD40 sur les parties électriques et mobiles pour les protéger de l'humidité et pour assurer un mouvement régulier.

3. L'entretien annuel


Vous l'avez déjà entendu, les moteurs qui servent régulièrement vieillissent mieux que ceux qui dorment au garage. On ne peut pas dire que cela soit faux, et d'ailleurs, pour les plaisanciers qui pensent qu'une faible utilisation de leur bateau dispense d'un entretien régulier, détrompez-vous !

Les composants soumis à usure

Les premières pièces à changer régulièrement ne sont pas les plus fragiles, mais celles qui souffrent de la corrosion, notamment à cause du sel, que se soit pour les moteurs 2 temps ou 4 temps. Également, le soleil et ses UV vont altérer les propriétés des matériaux.