Navigation en eau douce et navigation en eau salée : quelles différences ?

Mis à jour : mars 10

Tous les ans, de nombreux propriétaires de bateaux se posent la même question : « Un bateau naviguant en eau douce peut-il naviguer en mer ou sur l’océan sans crainte ? »

L'eau de mer n'est pas la meilleure amie de votre bateau et de nombreuses anecdotes l’illustrent. Mais déplacer un bateau de l’eau douce à l’eau salée ne devrait pas générer danxiété. La chose la plus importante à faire est de changer vos habitudes… et vos anodes !



En effet, nettoyer à l'eau douce votre bateau après votre arrivée au port doit devenir automatique. Au fil du temps, vous devrez être plus vigilant pour détecter les signes de corrosion sur votre bateau. Peu importe ce qui propulse votre bateau (in-bord, hors-bord …), rien sur votre bateau qui entre en contact avec de l'eau de mer n’est à l'abri de son pouvoir corrosif. Vous devez donc être davantage vigilant sur ce point. Une chose que beaucoup de gens oublient : la salinité des eaux n’est pas toujours la même. Elle est différente d'une région à l'autre et parfois même d'une saison à une autre. Plus la salinité est grande, plus la corrosion est rapide.


Voici une liste des contrôles à effectuer avant de plonger dans l'eau salée ! Vérifiez également les instructions de garantie du fabricant.



La remorque n'est pas à négliger

Premier élément auquel il faut penser : la remorque. Elle doit être chouchoutée pour pouvoir transporter un bien aussi précieux que votre bateau. Quand on met à l’eau ou qu’on sort son bateau il est fréquent que la remorque soit en contact avec le sel marin. Bien que l'exposition à l'eau de mer soit relativement brève, les remorques ont besoin du même lavage à l'eau douce que les bateaux qu'elles transportent. Les châssis des remorques de bateau sont construits en acier galvanisé ou en aluminium, ce dernier étant beaucoup plus résistant à la corrosion par l'eau de mer, privilégiez donc une remorque en aluminium ! Et pensez tout de même à bien la rincer... C'est indispensable !


On vous dit tout sur l'entretien et l'utilisation de votre remorque à bateau dans notre article dédié. N'hésitez pas à le lire pour être au top pour la saison !



Les freins de votre remorque aussi sont exposés à l’eau salée

Les freins à tambour sont moins coûteux à installer et à entretenir que les freins à disque, mais leur conception permet à l'eau de s'accumuler à l'intérieur du tambour chaque fois qu'il est submergé et y restera jusqu'à son évaporation. Des kits de rinçage spécialement conçus sont recommandés et prolongeront la durée de vie de vos freins à tambour. Les freins à disque, quant à eux, sont plus accessibles et plus faciles à installer.



Un changement des anodes s’impose


Avant de passer à l’eau de mer, les anodes en magnésium qui fonctionnent mieux en eau douce doivent être changées pour des anodes en aluminium (dans le meilleur des cas) ou en zinc (si vous n’en trouvez pas en aluminium). La corrosion pose moins de problèmes en eau douce. Vous devez donc être plus vigilant en eau salée lors de la vérification des anodes. Elles doivent être remplacées chaque année ou chaque fois qu'elles présentent des signes d’usures significatifs. Il est normal qu’une anode s’use, le contraire voudrait dire que c’est un équipement du bateau qui fait office d’anode (vanne, hélice, arbre, embase...). Il est difficile d'estimer une usure normale. Elle dépend du bateau, de son environnement et du port. Mais il est nécessaire d'en choisir des adaptées à la navigation en eau salée.



Naviguer en eau salée avec une coque adapté

Pour naviguer en mer, il est nécessaire d'avoir une coque de bateau adaptée à la houle. Une coque trop basse est plus adaptée à l'eau douce, aux lacs, à la navigation fluviale. En revanche, la navigation en eau salée nécessite une coque plus haute pour pouvoir franchir les vagues sans crainte que l'eau ne passe par dessus bord. Veillez donc à ce que la coque de votre bateau soit assez haute pour naviguer en mer et affronter la houle. Dans le sens inverse, naviguer en eau douce avec une coque adaptée à la mer n'est pas un problème.



Nettoyez votre moteur hors-bord après chaque sortie : une obligation !


Ce sont les moteurs les plus faciles à passer à l’eau salée. Mais vous devrez désormais le rincer religieusement à l'eau douce après chaque sortie. Les hors-bords modernes sont livrés avec des raccords de tuyau d'arrosage intégrés, ce qui simplifie le travail. A quai, éteignez le moteur et sortez-le de l’eau, faites simplement couler de l'eau à travers le moteur durant une dizaine de minutes.

Pour en savoir plus sur l’entretien de votre moteur hors-bord cliquez ici.



Pour les moteurs sterndrives


En revanche, les moteurs sterndrive peuvent nécessiter plus d’attention pour rester en eau salée. Un sterndrive est un type de propulsion maritime constitué en un moteur in-board et un moyen de direction hors-bord. Le moteur se trouve juste en avant du tableau arrière, tandis que la partie directionnelle est située à l'extérieur de la coque. Généralement, les sterndrives ne basculent pas hors de l'eau comme les hors-bords. Par conséquent, à moins que votre bateau ne soit remorqué ou en cale sèche, l'unité doit rester dans l'eau de mer. Soyez alors très vigilant sur les anodes ! La partie motrice doit être soigneusement rincée conformément aux instructions du fabricant. Quoi qu'il en soit, soyez prêt à remplacer les composants plus souvent dans l'eau de mer, en particulier les colonnes montantes, les collecteurs et les pompes à eau.



En eaux salées les peintures deviennent obligatoires !


En eau douce, vous pouvez rester « nu » pendant quelques semaines, mais la peinture antisalissure est une nécessité dans l'eau salée ! Téléchargez l’application BoatOn pour obtenir des devis gratuits pour le carénage de votre bateau. Il est également intéressant de demander à vos voisins de pontons quel antifouling ils utilisent pour la coque et quels produits ils utilisent pour l'entretien du bateau, le pont, etc. Le sel est un abrasif, ne vous attendez donc pas à ce que la brillance ou le lustrage de votre coque durent aussi longtemps que lors de vos journées en eau douce. Le sel, associé à la circulation de l’équipage, est également plus susceptible de rayer le pont. Les cristaux secs agissent également comme des lentilles grossissantes miniatures pour le soleil et endommageront la brillance si elles ne sont pas lavées à l’eau douce.



Vous l’aurez donc compris, le sel n’épargne pas votre bateau !

Il est donc capital d’être attentif aux signes de corrosion et surtout de rincer abondamment votre bateau à l’eau douce de manière régulière. Mais tout ce « petit entretien » relève plus de la routine et exige peu d’effort ! Il est donc préférable de s’y plier plutôt que de laisser le pouvoir corrosif du sel s’exercer.


Si vous constatez des anomalies sur votre bateau, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel qualifié via l’application BoatOn. Nous vous fournissons gratuitement les devis des 5 meilleurs professionnels autour de vous. Profitez de votre bateau, nous nous occupons du reste.



Vous avez des suggestions pour améliorer cet article ou voulez partager votre expérience ? N'hésitez pas à laisser un commentaire ou à nous écrire à paul@boaton.fr !


Et n'oubliez pas, l'application est gratuite et téléchargeable ici sur App Store et Google play


0 commentaire