Semi-rigide, bateau pneumatique ou annexe : comment trouver la bonne pression pour mes boudins ?

Mis à jour : 4 sept. 2020

Les bateaux pneumatiques dits semi-rigides sont des bateau très pratiques car très polyvalents. Résistants, sécurisants, les semi-rigides sont destinés à des programmes de navigation très polyvalents. Ils n'en demeurent pas moins des bateaux de plaisance et doivent donc être entretenus.


Le flotteur des pneumatiques est l'élément le plus important. Ce dernier devra être gonflé à la bonne pression, généralement fixée par le constructeur et indiquée dans le manuel du propriétaire.

Le manuel du propriétaire est souvent fourni même lors d'un achat d'occasion, si jamais ce n'est pas le cas vous pouvez toujours questionner un concessionnaire de la marque pour avoir les informations nécessaires sur la pression.

Les conséquences d'un mauvais gonflage pourront être dramatiques pour le bateau et son équipage. D’une rupture des cloisons internes, des coutures ou dans le pire des cas, à une déchirure, un bateau mal gonflé est un bateau en danger.


Lorsque vous achetez un bateau semi-rigide d'occasion, gonflez-le à la pression indiquée puis laissez-le 24h pour vérifier qu'il n'y a pas de baisse de pression. Si il n'y a pas de baisse de pression c'est que les flotteurs sont en bon état. Une tolérance de 20 % est admise. Mais il est compliqué de réaliser cette manoeuvre, ainsi vous pouvez demander l'intervention d'un expert maritime pré-transaction en téléchargeant l'application gratuite BoatOn Pro ! Ce professionnel fera une analyse complète du bateau qui vous permettra de faire un point sur son état avant de l'acheter.



Un mauvais gonflage des boudins crée de multiples dangers

  • Les risques du surgonflage

Le surgonflage est dangereux pour votre bateau et pour ses passagers. Le risque majeur est la dégradation des coutures et des collages, ce qui rendraient moins efficaces les parties qui jouent un rôle sur la sécurité. Même si on entend souvent dire qu’un bateau plus gonflé va plus vite, la sécurité est la priorité. Risquer le décollage de vos boudins pour un peu de vitesse n'est pas nécessaire.


Conseil : lorsque l'été arrive, la chaleur augmente alors il est conseillé de dépressuriser un peu vos boudins. Une différence de 1 degré provoque une variation de 4 millibars.


Si jamais vous rencontrez un problème avec vos boudins nécessitant l'intervention d'un professionnel, téléchargez l'application gratuite BoatOn Pro et obtenez des devis gratuits !


  • Les risques du sousgonflage

C'est finalement moins grave qu'un surgonflage. Même si les tissus, coutures et collages travaillent mal, vous ne risquez pas de voir le boudin exploser.



Comment trouver la bonne pression ?


Les fabricants indiquent toujours la pression qu'il faut mettre dans un bateau pneumatique. C'est généralement autour de 0,2 bar. C'est très peu ! Suivez donc ces recommandations pour vous assurer de la bonne marche de votre bateau. Cette pression est moins primordiale sur un semi-rigide dont la coque en dur est en contact avec l'eau. Elle est beaucoup plus importante sur un pneumatique souple puisque c'est la pression de chacun des compartiments qui assure la rigidité du bateau.


Tous les tissus ne sont pas égaux devant la pression. Le PVC supporte moins la surpression que l'hypalon et sera donc plus sensible aux écarts de température.


L'idéal est de procéder au manomètre. La pression donnée sera alors la plus précise possible. Si vous ne possédez pas cet outil (le coût est raisonnable, tout propriétaire de pneumatique devrait en avoir un), vous pouvez utiliser votre poing. Appuyez sur l'arrière du flotteur, le poing doit s'enfoncer légèrement et marquer de légers plis sur le tissu. Si votre poing ne marque pas les flotteurs, c'est qu'ils sont trop gonflés. À savoir également : le gonflage doit avoir lieu dans le sens des aiguilles d'une montre. Par exemple, partez d'un bord du tableau arrière et faites le tour du bateau. On peut également recommander aux propriétaires de semi-rigides de procéder au gonflage de leur unité sur l'eau et en plein soleil. En effet, ce sont dans ces conditions que la pression est la plus forte.



Adapter sa pression en fonction du tissu

Les tissus ne sont pas tous égaux devant le soleil. Sachez-le et surtout, sachez quel tissu équipe votre semi-rigide. En effet, le PVC que l'on rencontre plus généralement sur les petites annexes, est moins tolérant aux variations de températures. Il faudra donc sous gonfler volontairement les flotteurs pour éviter une surpression aux conséquences désastreuses. Les pneus en hypalon sont moins sensibles aux écarts de températures.


Cela dit, ce n'est pas une raison pour négliger l'entretien et ne pas vérifier de temps en temps la pression des flotteurs... On peut reconnaître un tissu hypalon d'un PVC aux peluches qui débordent généralement sur les pièces ajoutées (mains courantes, anneaux, etc.).



Quelle pression pour l’hivernage ?


Une fois rincé et shampouiné, mieux vaut entreposer votre pneumatique à l'abri du soleil et même dans un endroit couvert pour le protéger des intempéries hivernales. Les rayons UV du soleil et le sel pour ceux qui ont des jardins en bord de mer sont mauvais pour votre semi-rigide. Les matériaux avec lesquels sont fabriqués les pneumatiques sont très sensibles aux rayons UV. Il est conseillé de dégonfler un petit peu les boudins de votre semi-rigide pour le stocker, cela permet d'éviter que les boudins fassent des efforts durant les changements de température d'hiver.

Sur vos annexes, retirez le moteur fixé sur le tableau arrière pour éviter également qu'il ne travaille trop.


Si vous n’avez pas d’endroit où stocker votre bateau cet hiver téléchargez l’application BoatOn et trouvez une place partout en France en 1 clic !


Une bonne pression est essentielle pour une bonne navigation ainsi que pour la sécurité de l’équipage. Ne négligez pas cet aspect et pensez à vérifier vos boudins avant et après chaque sortie !



0 commentaire